La Halte Fontenaysienne : bientôt un accueil différencié pour les femmes avec enfants !


DAPAT a interviewé Viviane Raffin, directrice de la Halte Fontenaysienne, un accueil de jour présent depuis 30 ans sur le territoire de Fontenay-sous-Bois.

Quand a été créée la Halte Fontenaysienne et qu’est-ce qui a motivé sa création sur le territoire de Fontenay-Sous-Bois ?

La Halte Fontenaysienne a été créée en 1992 par un groupement de citoyens fontenaysiens qui étaient sensibilisés à la question du mal logement. Le décès d’une personne sans domicile stable a été le déclic pour que ce groupement de citoyens agisse. A l’aube des années 90, la fondation Abbé Pierre mettait en œuvre ce qu’on a appelé les Boutiques Solidarité. Aussi dès sa création, la Halte Fontenaysienne s’est rapprochée de cette dernière et a été agréée en tant que membre du réseau, ce qui lui a permis d’ouvrir son accueil de jour à Fontenay-sous-Bois, avec le soutien de la municipalité.

30 ans plus tard, la Halte Fontenaysienne est devenu un acteur associatif de la ville bien identifié et y bénéficie d’une écoute très favorable au développement de ses projets. L’intégration sur le territoire se traduit aussi par un intérêt de la part de citoyens fontenaysiens, sensibilisés à la question du mal logement, à devenir bénévoles. La Halte Fontenaysienne compte aujourd’hui 13 salariés, 7 bénévoles accueillants et 10 bénévoles administrateurs.

La Halte Fontenaysienne s’est créée en collaboration avec la Fondation Abbé Pierre, pour rappel le concept de boutique solidarité, c’est quoi ?

Les Boutiques Solidarité attachées au réseau de la Fondation Abbé Pierre s'engagent à assurer à toutes personnes en difficulté, aussi longtemps qu'elles en manifestent le besoin ou le souhait, un accueil individualisé, non ségrégatif, respectant l'anonymat autour de principes essentiels : l'accueil, l'écoute, l'orientation et l'accompagnement. Au départ ces Boutiques étaient surtout des endroits où on venait quand les centres d’hébergement fermaient le matin, des lieux chauds où s’arrêter et se reposer, et ne proposaient pas forcément tous les services d’accompagnement qui se sont développés plus tard.

Aujourd’hui, quels sont les services proposés par votre association ?

La Halte Fontenaysienne comprend deux établissements : l’accueil de jour (la Halte) pour les personnes en difficulté d’hébergement ou de logement (environ 800 personnes différentes / an) et une pension de famille (Les Alouettes) qui comprend 24 logements.

• L’accueil de jour est un lieu où les personnes peuvent s’arrêter mais également bénéficier d’un certain nombre de services : D’une part, des services dits d’urgence ou de première nécessité notamment des services d’hygiène (douche, laverie, bagagerie), et de soutien alimentaire (accès à un dispositif repas complet du petit déjeuner au diner) et, d’autre part, des services d’accompagnement social, d’accès aux droits (exemple : domiciliation administrative), de santé (exemple : une infirmière guide vers les parcours de soin), d’accès au numérique (borne Wi-Fi, ordinateurs, formation au numérique), et de construction de projets (activités sportives, culturelles, séjours touristiques…). L’accueil de jour accompagne et soutient aussi des projets d’intérêt collectif pouvant relever de l’économie sociale et solidaire.

• La Pension de famille Les Alouettes est un lieu de vie qui, s'appuyant sur le principe du logement accompagné, permet à celles et ceux dont le parcours de vie a été chaotique, de reprendre confiance en eux et de s’installer dans la durée dans un logement.

Dans cette résidence, la vie collective et l'intimité de chacun sont étroitement liées et préservées au quotidien. En effet, chaque habitant peut, à la fois, profiter d’un logement privatif et bénéficier d’espaces partagés permettant de lutter contre l’isolement.

Le projet social porté par la Halte Fontenaysienne, l’engagement des hôtes, l’invitation qui leur est faite de s’impliquer dans l’organisation de la vie quotidienne, permet aux habitants de reprendre une vraie place de citoyen et de rompre avec l’isolement qui les touche très fréquemment, tout en respectant leur autonomie.

Vous avez pour projet de créer une maison des familles en 2022. Qu’est-ce qui a motivé ce projet, pourquoi la création d’une offre différenciée ?

Ce projet de maison des familles s’est ancré fortement pendant la période liée à la crise de la COVID même si depuis quelques temps déjà nous réfléchissions à la question de l’accompagnement des familles au sein d’un accueil de jour.

L’accueil différencié permet d’apporter à la personne aidée un regard et un accompagnement singulier prenant en compte sa singularité familiale et culturelle. Par exemple l’accueil de publics très précarisés avec parfois des troubles psychiques ou des problèmes d’addiction n’est pas le même que celui des femmes avec enfants.

Si nous reprenons ici notre expérience, depuis 2020, les mesures sanitaires mises en place pour faire face à la crise du Covid19 nous ont contraints à une stricte gestion de la jauge de la fréquentation de notre accueil de jour, et nous ont conduits à accueillir les personnes hébergées en hôtel de manière individualisée sur rendez-vous. Cette approche a permis aux équipes d’être pleinement concentrées sur les spécificités des besoins respectifs des différents publics et en particulier ceux des femmes et enfants précaires, que l’hébergement en hôtel contraint à un quotidien souvent indigne. Nous avons été en mesure d’affiner notre diagnostic sur leurs besoins et notamment sur l’urgence qu’ils rencontrent de pouvoir « stocker et préserver leur nourriture » et celle de pouvoir « laver leur linge ».

Force est de constater que les mesures sanitaires liées à la Covid n'ont fait que renforcer la vulnérabilité sociale et économique de ces femmes. Comment alors vivre pleinement son statut de mère quand les actes maternels les plus essentiels sont empêchés par les conditions d’hébergement ?

L’idée forte de notre projet est donc de développer un lieu dans lequel d’une part, on répond à des besoins et, d’autre part, on permet à ces mères de se réapproprier leur pouvoir d’agir en les associant à des activités relevant de l’économie sociale et solidaire.


Si vous aussi vous voulez agir, passez à l’action aux côtés de la Halte Fontenaysienne ! Pour cela, vous pouvez :

  • Suivre les actions de l'association la Halte Fontenaysienne sur leur site internet